Modèle A
Modèle A

FEODALITE

FIEFS

Contre le mur du bas côté de notre église est appliquée la belle "lame funéraire" de philippe d'Ollehain, retrouvée en 1850, au château.

Cette pierre tombale, admirablement sculptée, représente le défunt couché, mains jointes, l'épée au côté revêtu d'une armure, d'une chemise de maille et d'un surcot d'étoffe à manches courtes; la tête est coiffée d'une perruque.

On y lit l'épitaphe:

Chy gist noble home Philippe d'Ollehaing, en son temps essuyer seigneur d'Estaimbourg et de ... liquel trepassa en l'an de grasse mil Vc et VII le XV de april.


Priez Dieu pour son âme.

  

Josse d'Ollehain, chevalier, seigneur d'Estaimbourg, d'Oudewalle, de Denterghem, de  la Beuvrière, de Sotrud, de Dossemez, épousa:

                 1° Adrienne de Gavre (de gueules à trois lions d'or, armes, lampassées et couronnés d'azur).


                  2° Jossine Vutenhove (d'argent à trois jumelles de gueules).


            

Antoine d'Ollehain, écuyer, seigneur d'Estaimbourg, de Denterghem, etc..., vivant en 1550, décédé sans alliance en 1560.

            

Josse d'Olehain, chevalier, seigneur de Denterghem, d'Estaimbourg, d'Olsene, d'Oudewalle, de Nockere, etc..., mort à Naples en 1565 sans postérité légitime.

            

Anne d'Ollehain, héritière de ses frères, décédée en 1566.

            

Jehan de la Broye (d'argent à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles du champ) hérita d'Anne d'Ollehain, était fils de Gauthier, écuyer, seigneur de Gondecourt, conseiller du roi d'Espagne et assesseur à la Gouvernance de Lille.Il épousa Anne de Baynast (d'or au chevron de gueules abaissé sous trois fasces du même).

            

Guilbert ou Gilbert de la Broye, écuyer, seigneur d'Estaimbourg, Gondecourt, Essars, la Beuvrière, Sotrud, Dossemez, etc..., épousa, en 1590 Hélène de la Pierre (d'argent à trois aigles de sable, becquées  et onglées de gueules). L'acte de leur mariage fut entériné le 04/02/1591, au grand Conseil de Malines. Décédé le 14/05/1623 et fut inhumé dans l'église d'Estaimbourg, sous un tombeau. A l'époque de la révolution, on cacha le sarcophage pour le soustraire aux coups des révolutionnaires français.

Le seigneur dans son costume de guerre, le cou entouré de la fraise espagnole, revêtu d'une armure complète et d'un surtout de riche étoffe bordé de fourrures; le gantelet posé au côté droit, le casque à gauche; les pieds reposent sur un lion héraldique; les traits de la face fortement caractérisés, la barbe en pointe, les cheveux courts et la moustache relevée en croc, donnent à l'ensemble de cette figure un air fier et imposant.


Description du sarcophage.

Bien que son épouse ne soit pas dans le tombeau; les deux personnages sont couchés sur une pierre sépulcrale, les mains jointes (malheureusement brisées au début de la révolution).

La dame gît à gauche de son noble époux, porte également la fraise et le costume disgracieux et raide de l'époque. Ses pieds s'appuient sur un chien rampant, la t^te est ornée d'une coiffure assez gracieuse, recouvrant en partie les cheveux crêpés et relevés sur le haut d'un front dont le contour est plein de pureté.

"Cy gist noble Sr Messire Gilbert de la Broye, chevalier, Sr d'Estaimbourg, Gondecourt, Beuvrière, du Bois, Sotrud, des Alleux Has, etc..., qui trépassa le 14e jour de mai 1623. Cy gist noble dame Madame Hélène de la Pierre, dame d'Essars, Beaumarets, etc, femme de messire Gilbert de la Broye, chevalier, seigneur d'Estaimbourg etc..., qui trépassa le ... jour de l'an 16.. Priez Dieu pour leurs âmes"

On ne saurait écrire l'histoire d'une commune de Belgique. Sans faire une place à la féodalité, et, dans ce pays de Tournaisis qui fut le berceau des rois des Francs, le régime féodal fut peut-être appliqué plus universellement que dans d'autres régions.


D'ailleurs, Estaimbourg fut surtout connu par le château et les censes qui se trouvaient sur son territoire.


Parmi les seigneurs, il y en eut d'illustres qui ont rempli les annales de l'histoire de leurs gestes glorieux. D'autres se sont confinés dans leur rôle de châtelain du pays.


            En 1302, Messire Baudouin d'Auberchicourt était propriétaire du château féodal, il épousa Yolande de Roysen.

            Baudouin d'Auberchicourt (de sinople aux chefs d'hermines, à la bordure endentée d'argent), chevalier, sire d'Estaimbourg et de Bernissart, épousa Marie de Mortagne (parti émanché d'argent et de gueules de dix pièces). Trop tôt hélas! le bonheur des époux fut mis à rude épreuve. On sait que la guerre de cent ans éclata en 1337, entre Philippe de Valois, roi de France et Edouard III, roi d'Angleterre, cette partie du Hainaut fut le théâtre de la guerre. Le château d'Estaimbourg ne fut pas épargné.


            Isabeau d'Auberchicourt, dite d'Estaimbourg, épousa:1° Gérard d'Antoing (de gueules semé de trèfles d'argent, au lion de même brôchant sur le tout), seigneur de Gondecourt, chevalier, gouverneur d'Artois.2° Jehan ou Jacques d'Ollehain (d'argent à trois tourteaux de gueules), chevalier, seigneur  de Grand-rullecourt.


            Isabeau d'Antoing, dame de Gondecourt, épousa Guillebert de Ste Aldegonde (d'hermines à la croix de gueules, chargée de cinq roses ou quinte feuilles d'or), chevalier de Ste Aldegonde, près de Saint Omer.


            Isabelle de Ste Aldegonde, dame de Gondecourt, porta la Beuvrière en mariage à Jacques dit Béthin d'Ollehain, chevalier, seigneur d'Estaimbourg, de Bouvignies, de Grand-Rullecourt, Il mourut en 1417.


            Il y eut également un certain Mathieu.


            Hugues d'Ollehain, chevalier, seigneur de la Beuvrière, d'Estaimbourg, de Bouvignies, de montenescourt, de Gondecourt, etc..., épousa Aline de Wancourt (d'argent fretté de sable) chanoinesse de Maubeuge.


            Jacques d'Ollehain, héritier de la Beuvrière, chevalier, seigneur d'Estaimbourg, de Bouvignies, de Gondecourt, etc..., décédé en 1483, épousa Marguerite de Halluin ou Van Hallewijn (d'argent à trois lions de sable, couronnés d'or, armés et lampassés de gueules)


            Jehan d'Ollehain, chevalier, seigneur d'Estaimbourg, héritier de la Beuvrière, de Sotrud et de Dssemez à Bailleul, épousa Marguerite de Rebreuvriette (d'argent à trois faces de gueules, accompagnées de trois merlettes de sable rangées en chel).


            Philippe-Jacques d'Ollehain, écuyer, seigneur d'Estaimbourg, de la Beuvrière, de Sotrud, de Dossemez, etc..., épousa Marguerite Van des Zype (de Sinople à trois têtes de léopard d'or, lampassées de gueules).

Sur le devant du sarcophage, on a sculpté, en demi- relief, deux blasons; celui de droite a un écu à la croix chargée de 5 coquilles 1,3 et 1, surmonté d'un cimier avec une tête de licorne; pour supports deux griffons armés de lances ornées de gonfanons aux armes des "de la Broye" et "de la Pierre".

 


Indépendamment des deux grands écussons de la face principale du tombeau, il s'en trouve encore huit petits, disposés sur deux lignes verticales; ce sont les armes des familles: De la Broye, Vlieghe, d'Ollehain, Fremault, Baynast, Solesmes, De Croix et Pont-Chastel.

Tout le monument est en marbre noir, parfaitement taillé et d'un poli achevé.