Modèle A

Les FERMES

            

Cette cense est très ancienne. On sait qu'en 1770, elle était occupée par la Veuve Catelle.

Par la suite, la métairie appartint aux "de Bourgogne". Sur la façade de l'immeuble au-dessus de la porte d'entrée, on remarque très bien les armoiries des nobles propriétaires.

Les derniers locataires de la ferme furent M. Jean-Baptiste Deleplanque, puis M. Jules Deleplanque son fils. La veuve de ce dernier l'occupa jusqu'en 1920 date à laquelle M. René Hespel d'Estaimpuis acheta la cense et 20 ha de terre, à M. de la Bastide, héritier des "de Bourgogne". On sait que c'est la société "Bernheim" de Paris qui servit d'intermédiaire pour la vente de cette superbe propriété.

Ensuite M. et Mme Albert Hespel fut propriétaire et cultiva les terres très riches.

A l'heure actuelle, M. et Mme Renard et leurs enfants entretiennent la ferme et les terres environnantes, la cour de la ferme est souvent agrémentée de fleurs et décorations; on peut encore remarquer sur le mur de gauche les armoiries des "de Bourgogne" taillées dans la pierre.

La ferme "RENARD"

La ferme "Brugge"

            

Cette ferme est probablement la plus ancienne de la commune. Sur le pignon de la grange on remarque le millésime 1753; cependant, on est certain que le corps de logis est antérieur à cette date. Il existait déjà en 1376 (lettre de donation de la seigneurie par Jean de Werchin, en 1376).

En 1391, Pasquier Triaille était censier d'Auberbus. Parmi ses successeurs, nous avons relevé le nom de Jean-Baptiste Lecroart, mort en 1762, ainsi que celui de Martin-Joseph triaille fermier vers 1770.

La cense fut achetée, vers 1848, par M. Charles de Bourgogne, ancien bourgmestre. Elle passa ensuite à ses héritiers; M. Martin-Gaston de Marolles, puis à M. Gaston de la Bastide.

En 1920, M. René Brugge-Echevin acheta la ferme d'Auberbus, avec 32 ha de terres, à la société "Berheim" de Paris, représentant M. de la Bastide.

La ferme "Duchâtelet"

La ferme de la "Muserie"

Les derniers propriétaires de la ferme furent M. et Mme Albert Duchâtelet. Celle-ci a été transformée en habitations.

On pouvait remarquer dans l'étable un écusson du seigneur qui la fit ériger en 1623. Cet ancien manoir dépendait de la seigneurie de Raspaille. Dans le registre des Plaids et oeuvre de loi de cette seigneurie, on peut lire en date du 30/04/1790, qu'une partie des terres de la cense relevait de la Baronerie de Pecq tandis qu'une autre partie ressortait de la seigneurie de St-Quentin.

Cette magnifique ferme est aujourd'hui disparue pour laisser la place à quelques habitations récentes.

Elle était dernièrement connue sous le nom de ferme"Dubar".

D'après Hoverlant, la ferme et la brasserie de la Muserie, avec 30 bonniers de terres, appartenait, sous Louis XIV, au seigneur Dubié, propriétaire du château du Biez à Pecq, ce château entouré d'eau et placé dans un cadre merveilleux, fut bâti en 1660 et restauré en 1886.

La ferme était un véritable manoir entourée de large fossés remplis d'eau. Le millésime 1779, qu'on pouvait lire sur la porte d'entrée indiquait la date de la restauration.

Dans la grange on célébra fréquemment la messe pendant la révolution française.

Une des dépendance servit de brasserie.

Voici les derniers propriétaire des lieux:

         Mme la Baronne Duroisin de Bruxelles.

         M. Lagache-Delattre, industriel à Roubaix.

         M. Edouard Motte-Lagache, également industriel à Roubaix.

         M. Jacques Mulier, les frères Louis, François, Jean-Baptiste et Antoine Delepierre, M. Merry.

         M. Pierre Dubar-Lefranc, M. Albéric Dubar-Henno.

         M. Louis Dubar-Briet.